“La ligne du cœur prolongée.”

Les Maisons Hospitalières / Actualités / “La ligne du cœur prolongée.”

“ Il ne faut pas peindre ce qu’on voit, il faut peindre ce qu’on sent. la ligne du dessin doit toujours être un peu la ligne du cœur…prolongée.” Henri Jeanson.

Ils sont très nombreux , les artistes en herbe à envoyer leurs dessins de soutien et de réconfort à nos équipes soignantes. Sur le site de Nancy, après l’EHPAD, le service USLD se transforme en musée, et les murs se décorent de jolis dessins qui sont autant de sourires.

Et ce qu’ils ne voient pas , les enfants  le dessinent comme ils le sentent, comme ils le ressentent. Au “dessine-moi un soignant”, à l’image du petit Prince qui souhaitait tant qu’on lui dessine un mouton, chaque enfant trace sur papier “l’héroïsme” de nos soignants. Le renard d’Antoine de Saint-Exupéry partageait ce secret avec le petit Prince: “on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux.

Sur les murs de nos services, dans ce musée aux mille couleurs, le dessin qui soutient et réconforte, prolonge donc  cette ligne du cœur qui va de l’enfant à nos soignants et nos aînés. Et, comme pour André Malraux pour qui “ le musée est un des lieux qui donnent la plus haute idée de l’homme”, notre musée  nous donne la plus haute idée du soignant. Il y célèbre, aux yeux des enfants,  ces héros du quotidien, nos professionnels (personnel médical, logistique, administratif) investis, toujours présents, toujours motivés, au cœur même de leur mission. 

Equipe de l’USLD

 

 

 

 

Un grand merci aux enfants de nos professionnels, de leurs familles, leurs voisinages, mais aussi aux enfants de l’école Victor Hugo d’Heillecourt.